Le Coran, une méditation durant le mois de la révélation

Le Coran, une méditation durant le mois de la révélation

Au nom de Dieu Le  Miséricordieux, Le très Miséricordieux

Le Coran, une méditation durant le mois de la révélation

Imam Ahmed Limame – Imam du centre Islamique de l’Outaouais | imam@cio-oic.ca

Mes compagnons dans l’amour de Dieu. A l’avènement du mois de Ramadan, nos pieux anciens mettent fin à toutes formes de dévotion autre que celle de lire le Coran et de donner à manger aux pauvres. Ainsi, ils ont fini par créer cette coutume qui leur revient de droit. Hâtons –nous, donc, de faire revivre cette coutume en ce mois saint : « Le mois de Ramadan est celui au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement ». Un hadith  authentifié dit que les anciens livres révélés, la Torah et l’Evangile, ont, aussi, été révélés au mois de Ramadan. Un hadith rapporté par Wathila Ibn Al Asqu’a a rapporté que le messager de Dieu , que Dieu prie sur lui et le salue,  a dit : « Les feuillets d’Abraham et de Moise furent révélés au cours de la première nuit de Ramadan , la Torah le sixième jour du mois de Ramadan, l’Evangile le treizième jour du mois de Ramadan, et le Coran le vingt quatrième jour  du mois de Ramadan». Ainsi donc, le mois de Ramadan a cette particularité d’être le mois de la révélation, non seulement en ce qui concerne le Coran mais aussi pour la Torah, l’Evangile et avant eux les feuillets d’Abraham et de Moise.

Mes compagnons dans l’amour de Dieu. Le Coran a été  révélé afin que les croyants le méditent et ne se contentent pas d’écouter les psalmodies et de jouir de la beauté des voix  même si cela est un facteur d’embellissement. En effet, nous soignons bien nos voix en psalmodiant le Coran qui   s’embellie de nos voix. Quant à nous, nous veillons  à bien prononcer correctement chaque syllabe et à prendre en considération les points d’arrêt et la  prononciation   de chaque lettre.  Tout cela  est mis sur le compte de la valeur que nous accordons au livre saint. Quant à moi, je trouve déplorable, qu’un individu âgé de cinquante ou de soixante ans, n’arrive pas à lire correctement le Coran. J’espère que vous profiterez de cette occasion unique, que sont les cercles de lecture dans cette mosquée, qui vise à enrayer l’ignorance de la lecture du Coran. D’ailleurs, ces cercles de lecture devraient être considérés comme prioritaires par rapport à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture de la langue arabe. Là, il ne s’agit pas d’apprendre par cœur le Coran  mais de le lire correctement. Dieu, l’Exalté, Le Très Haut dit à ce propos : « Et récite le Qur’àn une vraie récitation». La récitation consiste à bien prononcer les lettres et les syllabes et à marquer les points d’arrêt afin de ne pas fausser le sens et déformer les propos. J’espère que cela sera  bien compris au cours de cette année,  afin qu’il engendre un goût différent par rapport aux Ramadans passés et que cela se répercutera sur notre comportement et notre façon de vivre. Car prenez garde, si vous entendez : « Ô! vous qui devîntes croyants », sachez  que c’est là un appel de Dieu qui vous interpelle par la voie de la croyance, alors soyez attentifs,  car c’est toujours une injonction pour faire le bien ou éviter le mal.

Comme je l’ai dit, le Coran a été révélé pour être médité mais il y a plusieurs manières de l’utiliser comme acte de dévotion. En effet, on peut le lire : « Récite ce qui t’a été révélé du livre et accomplis la prière » le méditer : « Ne méditent –ils pas sur le Qur’àn, ou bien certains cœurs portent-ils leurs scellements?». Apprenez par cœur tout le  livre saint, ou ce que vous pouvez, comme on dit « leurs évangiles dans leurs cœurs ». Le Coran a été sauvegardé de deux manières : il a été appris  par cœur puis a été  sauvegardé par écrit. Ainsi, les deux manières se sont conjuguées pour sa sauvegarde : « C’est nous, en fait qui avons révélé le Qur’àn, et nous le conservons à jamais ».Tu lis le Coran, tu en apprends ce que tu peux, tu le médites, tu le mets en pratique et tu l’enseignes. « Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Coran puis l’apprend aux autres ». J’ai appris un hadith agréable à ce propos, qui dit : « Celui qui apprend à son frère un verset du livre saint, reçoit en retour une récompense à chaque fois que ce verset est récité par cet apprenant ». Imagine quelqu’un qui ne fait que cela, c’est-à-dire l’apprentissage du Coran, et que des milliers de gens ont profité de son enseignement. A chaque fois qu’un verset est récité par quelqu’un parmi ces apprenants, l’enseignant reçoit en retour le salaire dû. Un investissement choyé par les éclairés, les éveillés et les intelligents. Ils passent pour être de bons connaisseurs en matière de bisness et aucun projet d’investissement ne peut égaler celui-là. En effet, à chaque fois qu’un verset appris est récité à titre de psalmodie d’invocation ou de méditation, l’enseignant de ce verset reçoit en retour les mêmes récompenses dues à ce pratiquant. Quelle belle et noble position pour celui qui l’occupe! J’ai lu qu’un grand nombre de savants, dont la réputation a défié les chroniques et qui ont légué des œuvres immenses, ont déclaré à la fin de leurs vies : « Si c’était à refaire, nous ne nous chargerons que de l’étude et de l’apprentissage du Coran ». Ainsi donc, ils ont écrit des livres, des encyclopédies, des corpus de droit canoniques et ont traité de tous les sujets de la jurisprudence (fiqh), des fondements de la loi, des hadiths, de l’exégèse et de la propagande et à la fin de leurs jours, ils ont dit : « Si c’était à refaire, nous ne nous chargerons que de l’étude et de l’apprentissage du Coran».

Essayons maintenant et au cours de la deuxième partie de ce discours de méditer sur quelques versets du livre saint, en fonction du temps qui nous est imparti, si Dieu le veut.

Dieu, l’Exalté, Le Très Haut dit dans sa révélation : Voici les versets du Livre, et ce que ton Seigneur te révèle est la stricte Vérité. Mais la plupart des hommes n’y croient pas. C’est Dieu qui a élevé les Cieux sans piliers visibles, et qui S’est établi ensuite sur Son Trône ; c’est Lui qui a imposé au Soleil et à la Lune de poursuivre chacun sa course jusqu’au terme fixé, et qui préside à l’ordre universel, et expose en détail Ses signes. Seriez-vous enfin convaincus de votre rencontre avec Lui? ».

D’abord, ces versets parlent de la grandeur et de la majesté de Dieu et de Ses signes concernant Ses créatures. En effet, le verset dit : «Allah, celui qui éleva les cieux sans colonnes que vous puissiez voir, ». La phrase : « que vous puissiez  voir », se rapporte-t-elle aux colonnes ou bien aux cieux? Dans le cas où elle se rapporte aux cieux, cela a trait  à la puissance divine, et veut dire que les cieux n’ont pas de supports pour les maintenir. Cette explication est plausible, théoriquement, et convient le mieux à la puissance divine car Dieu, l’Exalté, Le Très Haut, dit aussi : « Il retient le ciel de tomber sur la terre, sauf quand Il le permettra. Car Allah est Plein de bonté et de miséricorde envers les hommes.». « Certes, Allah retient les cieux et la terre pour qu’ils ne disparaissent, et s’ils disparaissent personne, à pare Lui, ne pourra les retenir. Il a toujours été indulgent et Pardonneur. ».

Il y a ceux qui ont dit que la phrase « que vous puissiez voir » se rapporte aux colonnes dans le verset sus-évoqué et cela suppose qu’il y a des colonnes invisibles. Ce qui veut dire, que le miracle de l’élévation des cieux « sans colonnes que vous puissiez voir » est dû, ou bien à la puissance divine, ou bien à l’incapacité des humains de voir les colonnes invisibles et dans les deux cas le miracle est significatif : « La création des cieux et de la terre est quelque chose de plus grand que la création des gens. Mais la plupart des gens ne savent pas. ».

« puis confirma son pouvoir sur le trône ». La façon de « cette  position sur le trône » n’est connue que de Dieu, qu’Il soit glorifié et rehaussé. En fait, tout ce qui  a trait aux noms divins et aux attributs ne peut faire l’objet d’aucune spéculation de notre part. Nous devons, donc, croire tout ce qui nous a été rapporté par Dieu ou son Prophète, que Dieu prie sur lui et le salue, et nous déléguons sa connaissance et la manière à Dieu. Reste un point à élucider. Excusez –moi, moi je ne connais ni le sens, ni la façon. Cependant, Dieu ne s’est pas adressé à nous dans une langue hiéroglyphique, mais dans la langue arabe. Donc, il y a sûrement un sens à détecter quant à la manière d’être et cela reste inconnu. Ainsi donc, nous parvenons à cette opinion partagée par les savants, à savoir « le sens est connu mais la manière ne l’est pas. Croire en cela est une obligation mais la question sur le comment est un égarement. »

Dieu, qu’Il soit exalté et rehaussé, parle, à plusieurs reprises, dans le livre saint,  de son trône majestueux : « Et il est l’Absoluteur, l’Affectueux, Le Détenteur du trône glorieux» et dans le verset de Tàhà : « Le Miséricordieux confirma son pouvoir sur le trône ». Le trône, tel qu’il est connu chez les arabes,  c’est le baldaquin royal, mais  dans le verset il reste inconnu, indéfini, inqualifiable. Un autre sens est évoqué dans un hadith qui dit : ‘’ Dieu est et rien n’était avant lui,   son trône était sur l’eau, puis il a créé les cieux et la terre’’.

Le trône est aussi le plafond du paradis. Un hadith qui a été attribué à Al Boukhari dit : «  Si vous implorez Dieu, priez –le  de vous accorder l’Eden  qui est le paradis du milieu ou le paradis le plus haut. Au dessus du paradis, se situe le trône du Miséricordieux, où prennent leurs sources les rivières du paradis ». Vous savez, aussi,  que le trône est au dessus des cieux et de toutes les créatures  et qu’il est porté par des anges. En effet, Dieu, qu’Il soit exalté et rehaussé, dit à ce propos : «Ceux qui portent le trône, et ceux qui sont autour de lui exaltent la gloire de leur seigneur, croient en lui et implorent Allah d’absoudre ceux qui deviennent croyants » et Il dit aussi : « Et le trône de ton seigneur sera porté ce jour là par huit ». Le trône dispose de supports, un hadith rapporté par Al Boukhari a dit : « Le Prophète a dit : « Les gens tomberont foudroyés le jour du jugement dernier  et je serai le premier à reprendre connaissance. Alors que Moise s’accrochait déjà à l’un des piliers du trône, je ne saurai dire s’il a repris connaissance avant moi ou s’il a été  récompensé pour avoir été foudroyé dans la montagne (jabal attour) ».  C’est-à-dire : Est –ce parce qu’il a été foudroyé le jour où son seigneur s’est manifesté à lui  à la montagne, que Moise a été épargné de subir cette épreuve le jour du jugement dernier, ou bien est-ce qu’il a repris connaissance avant le Prophète,  que Dieu prie sur lui et le salue. Enfin, tout ce qui nous est parvenu, émanant de Dieu nous épargne de tomber dans la discorde. Par Dieu, c’est une sécurité et une infaillibilité que de croire en tout ce qui nous est parvenu émanant de Dieu ou de son messager. Et nous n’avons pas à chercher le comment des choses ou la nature des attributs car l’intellect humain est incapable de saisir et de supporter la réalité. En effet, la connaissance de la nature des attributs divins est dérivée de la connaissance de l’essence divine, or celle-ci est hors de portée, donc tu ne sauras jamais la nature de ces attributs. Car Dieu, qu’Il soit glorifié, « c’est l’Omni-audient et l’Omni-voyant». Ton seigneur « n’a jamais eu personne comme émule».

Que Dieu bénisse votre mois saint, vos jeûnes et vos veillés en prières  et qu’il clôture le tout dans la joie et la libération de l’enfer. Il est l’omnipotent.  Amen.

Share