Entre une année qui s’achève et une autre qui commence, il y a lieu de faire le bilan et de méditer

Entre une année qui s’achève et une autre qui commence, il y a lieu de faire le bilan et de méditer

Au nom de Dieu Le Miséricordieux, Le Très Miséricordieux.

Entre une année qui s’achève et une autre qui commence, il y a lieu de faire le bilan et de méditer

Imam Ahmed Limame – Imam du centre Islamique de l’Outaouais | imam@cio-oic.ca

 

Mes compagnons dans l’amour de Dieu,

Cette semaine est l’ultime semaine de l’année en cours. Dans deux jours, l’année sera achevée et son livre sera fermé pour remonter au ciel. Elle témoignera pour tout acteur : au bienfaiteur comme au malfaiteur.

Il n’est pas d’équivalence entre celui qui construit et celui qui démolit

Demain ceux qui ont commis des excès organiseront les funérailles de regret

Et celui qui a obéi dira : « béni soit celui qui a travaillé »   

Entre une année à laquelle nous faisons nos adieux et une année que nous nous apprêtons à accueillir, il y a lieu de faire le bilan et de méditer. Omar Ibn Al Khattab, que Dieu soit satisfait de lui,  a dit : «  Rendez-compte à vous-même avant que vous ne soyez contraints de le faire. Et pesez vos actes avant qu’ils ne soient pesés contre vous. Et embellissez-vous pour le moment de grand apparat devant Dieu, qu’Il soit glorifié et rehaussé. L’intelligent, est celui qui s’accuse et œuvre pour l’au-delà et l’handicapé est celui qui obéit à ses désirs et cultive des espoirs auprès de Dieu .Nous n’avons pas été crées à la légère et nous ne serons pas laissés sans but ». « Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but, et que vous ne seriez pas ramenés vers Nous ? « ». Ô! Mon Dieu, que non! « L’homme pense-t-il qu’on le laissera sans obligation à observer ?»  Ô! Mon Dieu, que non! L’Homme n’a pas été crée à la légère  et il ne sera pas laissé à l’abandon.

« Et Je n’ai créé les Djinns et les Hommes que pour M’adorer. Je n’attends nul don de leur part, et Je n’exige d’eux aucune nourriture, car c’est Dieu qui est le Dispensateur de tous les biens, le Tout-Puissant, l’Immuable.  ».

La dévotion ne se réduit pas aux génuflexions et aux exaltations, car c’est une notion totale qui englobe tout ce qui plait à Dieu et qui le satisfait, sous forme d’actes accomplis ou de dires exotériques ou ésotériques. En effet, Dieu, qu’Il soit glorifié et rehaussé, a accordé au sexagénaire l’excuse et dit à ce propos: « Ne vous avons-nous pas donné longévité, de quoi puisse s’y rappeler celui qui se rappelle? Et l’avertisseur vous est parvenu ». Les savants  disent, cela veut dire que celui  à qui Dieu a accordé la longévité d’atteindre la soixantaine, et qui parvient à cette étape, n’a point d’excuses.

Dieu, a accordé au sexagénaire l’excuse. Et le jour du jugement dernier  aucun serviteur ne remuera le pied avant de répondre aux cinq interrogations:

Sur sa vie en quoi il l’a épuisée ? 

-Sur sa jeunesse en quoi il l’a dépensée ? – Sur ses biens/son argent comment il les a gagnés et comment il les a dépensés ? Sur sa science comment il l’a utilisée?

Sa vie en quoi il l’a épuisée ? En quoi tu as épuisé  ta vie, Ô! Serviteur de Dieu? Dieu ne t’a pas crée à la légère, et ne t’a pas laissé sans but. En effet, Dieu, qu’Il soit glorifié et rehaussé, t’a crée pour un but sacré : « Et je n’ai créé les djinns et les êtres humains que pour m’adorer ». As –tu réalisé le but de ta création, et de ta dévotion pour  Dieu, qu’Il soit glorifié et rehaussé?

En quoi as-tu épuisé ta vie?

L’as –tu épuisée dans les distractions ou  les extravagances? Deux bienfaits échappent à la portée de beaucoup de gens : La santé et l’inoccupation. Si tu veux savoir ta place auprès de Dieu, regarde à quoi il t’a occupé. Et si tu veux savoir ta position auprès de Dieu, regarde la place qu’il occupe dans ton cœur. Si tu Le glorifies  et tu Le crains, qu’Il soit glorifié et rehaussé, si tu t’arrêtes là où Il t’a ordonné de le faire, si tu t’abstiens là où Il te l’a interdit , s’Il ne te perd pas là où Il t’a recommandé d’être, s’Il ne te trouve pas là où Il t’a interdit de te retrouver, ce sera la preuve de la sollicitude de ton Seigneur  à ton égard. La sollicitude miraculeuse de Dieu, implique la rectitude et le dévouement du serviteur au Seigneur. Il n’y a pas meilleur pour quiconque, en signe de sollicitude et bienveillance de Dieu, que d’être inspiré pour sa clairvoyance, sa rectitude, sa piété. Lui inspirer Sa clairvoyance en le guidant sur la voie du salut  et qu’Il le prenne par son toupet pour le ramener paisiblement vers Lui.

Sur sa vie en quoi il l’a épuisée? Sur sa jeunesse en quoi il l’a dépensée? C’est-à-dire sur cette période féconde de la vie d’un individu, cette période de don de soi, de créativité, de réalisation. Est-ce qu’il l’a utilisée à bon escient, conformément à la volonté divine? Est-ce qu’il l’a dépensée dans une œuvre pieuse, qui lui servira après sa mort ? Est-ce qu’il l’a dépensée dans l’édification d’un projet constructif pour sa communauté? Est-ce qu’il l’a dépensée dans ce qui peut épargner pour  son au-delà ? La jeunesse finit par péricliter, et les jours finissent  par passer.

                Nous nous réjouissons de voir passer les jours

                                                 Alors que chaque jour qui passe nous rapproche de la fin.

Ô! Vous les adeptes du messager de Dieu, que Dieu prie sur lui et le salue. On l’interrogera sur ses biens : Comment il les a gagnés et comment il les a dépensés? Chaque Dirham que tu mets dans ta poche, ou que tu ramènes chez toi, fera l’objet d’une enquête méticuleuse et on te demandera des comptes lorsque tu seras entre les Mains de ton Seigneur : D’où  vient cela  et en quoi  l’as-tu dépensé? As-tu gagné cela d’une manière licite ou illicite ? C’est-à-dire suite à des malversations, à des spoliations, à des pillages ou de l’usure …de tout ce que Dieu, qu’Il soit glorifié et rehaussé, a interdit.

En effet, la piété de chacun est reconnaissable à travers le dirham ou le dinar qu’il a encaissé. Le Prophète, que Dieu prie sur lui et le salue, a dit à ce propos : « L’homme prolonge son voyage, les cheveux ébouriffés, couvert de poussière, il lève les bras vers le ciel en implorant : Ô! Mon Dieu! Ô! Mon Dieu! Alors que sa nourriture est illicite ainsi que sa boisson et tout ce qu’il a consommé. Comment peut-il voir ses implorations s’exaucer?».

Rappelons à ce sujet que lorsque Saad Ibn Waqqas a sollicité du messager de Dieu, que Dieu prie sur lui et le salue, d’intercéder auprès de Dieu en sa faveur pour que ses implorations soient exaucées, il lui a répondu : «Ô Sa’d, fais en sorte que ta nourriture soit licite et pure, tu seras quelqu’un dont l’invocation est exaucée. »

« La vie est belle et verdoyante, Dieu vous l’a léguée et Il verra ce que vous en ferez ».

« L’esprit saint m’a inspiré,  qu’aucune âme  ne meurt avant d’avoir épuisé sa subsistance et son échéance de vie, soyez pieux et abréger vos demandes ».

Concernant l’argent! On l’interrogera sur ses biens, comment il les a acquis? Sur son argent, comment il l’a gagné et comment il l’a dépensé? Ne dépense aucun dirham pour quelque chose d’illicite. Ne te montres pas arrogant vis-à-vis de Dieu en utilisant les bienfaits qu’Il t’a octroyés. Ne pars pas en guerre contre Lui, en  utilisant les biens qu’Il ta donnés et les bienfaits dont Il t’a gratifié extérieurement et intérieurement.

Rappelle-toi ma bonté depuis que je t’ai crée une gouttelette (nutfah)

 Et n’oublie-pas ma sollicitude et ma  tendresse dans le ventre de ta mère

Et abandonne-toi à moi et sache que  J’administre mes sentences et je fais ce que je veux

Et on l’interrogera, sur sa science, comment il l’a utilisée? La science se présente sous deux formes :

– Une science parlée, qui constitue la preuve de Dieu à l’encontre de ses serviteurs  et une science inspirée, qui sera d’un grand apport pour ceux qui l’auront le jour du jugement dernier : «  Mais ne craignent Allah, parmi ses serviteurs, que les savants». La science, bénéfique, est celle qui engendre la crainte de Dieu, qu’Il soit glorifié et rehaussé. C’est celle qui te pousse à invoquer Dieu en toute circonstance, dans les moments difficiles ou  dans les moments de plénitude, dans les moments de joie et dans les moments de chagrin.

Ô! Mon Dieu, guéris les malades musulmans en général et ceux de notre mosquée en particulier. Ô! Mon Dieu couvre- les de ta droiture qui guérit  et octroie leur, ainsi qu’à leurs proches, la récompense et la quiétude. Ô! Mon Dieu absout les musulmans et les musulmanes, les croyants et les croyantes, les vivants et les morts, de leurs péchés, Tu es notre Seigneur Omni-Audiant. Tu es proche,  Tu réponds aux sollicitations. Amin. Amin. Dieu dit la vérité et indique le droit chemin. Notre dernière invocation sera : Louanges à Dieu, Seigneur des univers.

Share